DÉVELOPPEMENT DURABLE

Horloge.jpg

30 min

Roue_Plein.jpg
Roue_Vide.jpg
Roue_Vide.jpg

Débutant

Diapositive2.JPG

Définition

Le développement durable est un mode d’organisation de la société pour répondre le plus efficacement possible aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.

 

Aujourd’hui, cette transition vers un modèle plus durable est nécessaire pour vivre dans un monde plus équitable et préserver notre planète et ses ressources naturelles.

Besoins du présent

 Générations futures 

Les 3 piliers du développement durable

Piliers_Développement_Durable.jpg

Le développement durable suppose un mode d’organisation basé sur 3 piliers essentiels :

La qualité environnementale des activités humaines pour limiter les impacts environnementaux, préserver les écosystèmes et les ressources naturelles à long terme.

L’équité sociale pour garantir à tous les membres de la société un accès aux ressources et services de base (éducation, santé, alimentation, logement…) pour satisfaire les besoins de l’humanité, réduire les inégalités et maintenir la cohésion sociale.


L’efficacité économique en diminuant l’extrême pauvreté et en garantissant l’emploi du plus grand nombre dans une activité économique dignement rémunérée. L’économie durable est une gestion saine des activités humaines sans préjudices pour l’Homme ou pour l’environnement.

Ces 3 piliers composent les enjeux du développement durable. Pour instaurer une société plus durable, ces piliers sont accompagnés de principes fondamentaux.

Les principes fondamentaux du développement durable

Solidarité entre les pays, entre les peuples, entre les générations, et entre les membres d’une société.

Précaution dans les décisions afin de ne pas causer de catastrophes quand on sait qu’il existe des risques pour la santé ou l’environnement.

 

Participation de chacun, quels que soient sa profession ou son statut social, afin d’assurer la réussite de projets durables.

Responsabilité de chacun, citoyen, industriel ou agriculteur. Pour que celui qui abîme, dégrade et pollue répare.

Solidarité

 Précaution 

Participation

 Responsabilité 

Historique

En 1972 à lieu la première Conférence des Nations Unies sur l’Environnement à Stockholm. Cette époque marque les prémices du droit international de l’environnement, de la création du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et des ministères nationaux de l’environnement.

En 1987, le rapport de Mme Gro Harlem Brundtland "Our commun future" (Premier ministre de Norvège et présidente de la Commission des Nations Unies sur l’environnement et le développement) définit le développement durable comme "un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs".

En 1992, lors du premier Sommet de la terre sur l’environnement à Rio, se tient la seconde Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le Développement (CNUED).

En 1997 est signé le protocole de Kyoto. Entré en vigueur en 2005, il vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

La déclaration de Rio propose 27 principes et 2500 recommandations au travers d’un guide de mise en œuvre du développement durable pour le XXIe siècle appelé l'Agenda 21. C’est un moyen de créer un partenariat mondial dans le domaine du développement durable sous forme d’un programme global.

En 2002, le deuxième Sommet de la terre sur l’environnement se déroule à Johannesburg qui souligne la lenteur de la mise en œuvre des décisions de Rio.

La France s'est résolument engagée sur la voie du développement durable. Le Grenelle de l’Environnement, en 2007, ou l'organisation la Conférence de Paris pour le Climat, en 2015, témoignent de cette résolution.